La publicité en ligne ne connait pas la crise

La publicité sur internet n’est pas impactée par la crise économique ; en atteste le bilan global sur l’année 2011 qui fait apparaitre un secteur solide aux perspectives de croissance favorables. Les annonceurs ne se détournent pas de la publicité en ligne, bien au contraire.

Internet, le média privilégié des annonceurs

+ 14,5 %, c’est le chiffre de croissance des investissements publicitaires réalisés au niveau européen pour l’année 2011. Une progression à deux chiffres qui souligne le caractère désormais incontournable de la publicité en ligne avec aujourd’hui plus de 20 milliards d’euros dépensés pour s’assurer une présence internet par les annonceurs. (20,9 milliards d’euros) Un chiffre qui tranche radicalement avec la stabilité des autres marchés publicitaires qui connaissent une hausse très modérée (0,8 % sur un an).

La crise n’a pas affecté ce secteur qui bénéficie d’une attractivité en hausse constante du fait de l’explosion du trafic sur internet (d’ici à 2016 il devrait être multiplié par 4) et l’émergence de nouveaux moyens d’accès par les tablettes et les Smartphones, qui devraient rapidement supplanter l’ordinateur personnel. Le marché affiche un dynamisme que beaucoup d’autres domaines d’activités peuvent envier en ces temps économiques troublés.

L’innovation publicitaire se fait en ligne

Internet est un formidable terrain d’expérimentation pour les annonceurs, qui peuvent aussi accéder plus facilement à une cible plus qualifiée. Le « search » c’est-à-dire la communication par les moteurs de recherche reste largement plébiscitée avec l’apparition de nouvelles tendances préfigurant des évolutions notables comme la publicité associant la géolocalisation pour renforcer un maximum le lien de proximité avec le consommateur. La frontière entre le monde virtuel et réel s’estompe de manière remarquable. Les moteurs de recherches concentrent 46,5 % du montant des investissements en ligne. La vidéo est aussi de plus en plus utilisée, notamment sur mobile, un outil se prêtant parfaitement à ce type de média. L’innovation est permanente avec un phénomène de personnalisation accrue de la publicité vers les utilisateurs et une proximité omniprésente.

La Russie s’impose

Les investissements les plus conséquents se concentrent encore sur le trio de tête, Royaume-Uni, Allemagne et la France sur la troisième marche du podium, suivi de l’Italie ou des Pays-Bas. (67,9 % de parts de marché) Leur part de marché reste dominante, mais la Russie émerge comme un acteur important et s’empare de la sixième place des investissements publicitaires en Europe. La croissance y a été record en 2011, atteignant + 55 % entrainant dans son sillage des pays de l’Est aux taux de croissance tout aussi spectaculaire dans une fourchette comprise entre + 20 % et + 45 %. La Russie dépasse ainsi la barre du milliard d’euros d’investissement, avec des perspectives prometteuses pour l’année 2012. Concernant plus spécifiquement la France, les prévisions font état d’une croissance de 8 % pour 2012, un chiffre qui reste solide. La publicité en ligne devrait quant à elle représenter 22,1 % des dépenses mondiales sur le marché publicitaire pris dans sa globalité. Internet est encore loin de tomber en désuétude.

Post author